Comme à peu près toutes les questions sur le web, il n’y a pas une réponse définitive à la question «Est-ce que mon entreprise devrait avoir un compte sur chaque réseau social?» On va donc prendre le temps de vous donner les points clés à retenir pour la définition de votre stratégie.

Vaut mieux maîtriser une plateforme que d’être poche sur sept.

Qu’on mette ça au clair tout de suite, un compte dont la dernière publication remonte à 2 ans, c’est décevant. Ça peut même vous nuire. Si je tombe sur votre page Facebook et que votre dernière publication date d’avril 2016, je vais penser que votre entreprise a mis la clé dans la porte et je vais fort probablement continuer mes recherches pour finir chez la concurrence.

Commencez donc par être actif sur une plateforme. La gestion des réseaux sociaux, ça prend du temps, et vaut mieux commencer doucement avec une plateforme que de se lancer dans une job de gestionnaire de communauté pour vos comptes Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter, LinkedIn, Pinterest, etc. Vous allez manquer de temps et d’idées de contenu et vous allez finir par être inactif sur toutes ces plateformes.

En même temps, ce  n’est pas une mauvaise idée d’aller réserver votre nom pour être sûr que si vous souhaitez avoir un compte Instagram dans quelques années, vous puissiez avoir votre nom. Une bonne façon de remédier à ça, selon moi, c’est de créer les comptes sur toutes les plateformes, mais de clairement afficher sur celles-ci qu’elles ne sont pas actives pour le moment. Ça peut être amené avec un ton humoristique, dans le genre d’avoir une bannière sur votre page Facebook qui dit : «Hey ! On n’utilise pas encore cette page-là, mais on voulait shotgunner notre nom, alors c’est ça qui est ça…»

Au final, tant mieux si vous êtes capable d’avoir une présence accrue sur tous les réseaux sociaux, mais si, comme pour la majorité des entreprises, vous êtes limité dans votre temps pour gérer ça, il y a des choix à faire et ils auront un impact sur la présence numérique de votre entreprise.

Écrit par Jean-François Sauriol