Mot d’entrée

Loin de moi l’idée de déterrer cet homme grandiose que fut Johannes Gutenberg, j’emprunte ce jeu de mots aux développeurs de notre cher WordPress afin de vous présenter le nouvel outil, ou plutôt cette mise à jour majeure de notre gestionnaire de contenu favori.

Note d’attention : Comme l’indique son titre, cet article fait partie d’une série d’épisodes distincts visant à vous faire comprendre et à vous faire utiliser de la bonne manière cette nouvelle interface. Selon moi, cela va révolutionner la façon dont les développeurs et les intégrateurs vont devoir travailler ensemble à l’élaboration de vos futurs sites web sous environnement WordPress.

De quoi est-ce qu’on parle exactement?

Depuis le 6 décembre 2018 et avec la mise à jour 5.0, cette nouvelle interface dévoile une toute nouvelle manière de construire son site web avec WordPress. Dans le but de rendre l’ajout de contenus simple et agréable et dans un souci d’accessibilité, l’équipe de développement permet une mise en page plus facile à l’aide de blocs de contenus. Ces petits blocs organisés sont les composants de votre page et vous permettent d’avoir le contrôle plus facilement sur l’aspect visuel direct de votre contenu.

Boutons, citations, alignements, éléments graphiques personnalisés… déjà la fabrication d’un thème personnalisé permettait aux rédacteurs une prise en main plus à leur image, ici le but est de rendre tous les sites et leurs thèmes quels qu’ils soient dynamiques et personnalisables à l’infini (la seule limite est celle de votre imagination).

Bien sûr, cela ne veut pas dire que les développeurs sont rendus inutiles bien au contraire: même si les blocs de base proposés par le nouveau Gutenberg couvrent une bonne partie de vos besoins, des blocs spécifiques et personnalisés seront nécessaires pour concrétiser précisément vos idées. Ainsi, toute une partie de ce nouvel outil est réservée aux développeurs pour construire de nouveaux blocs totalement personnalisés venant s’ajouter à la base déjà bien fournie par cette mise à jour.

Il est important de noter que cette refonte presque complète de l’interface de rédaction va imposer aux différents utilisateurs une période d’apprentissage certaine. Selon moi, elle annonce aussi la couleur aux développeurs qui vont devoir réfléchir différemment à la construction de thèmes personnalisés, puisque leurs clients auront de base un contrôle supérieur sur leur contenu.

Mon avis sur tous ces changements

Je trouve cet avancement dans la parfaite continuité des nouvelles méthodes de développements de nos sites web contemporains et à la structure du marché web d’aujourd’hui. Bien que critiqué, Gutenberg ouvre une perspective de sites complètement modulables et dynamiques qui va profondément changer la façon dont on voit la conception d’un site web. C’est avant tout une mise à jour POUR les rédacteurs et pour rendre plus accessible cette plateforme qui n’a plus à prouver son efficacité.

Dans les prochains épisodes, nous poursuivrons notre découverte de ce nouvel outil prometteur. En attendant, pas de panique, il est possible de mettre à jour son site web au-delà de la version 5 et de télécharger une extension : Classic Editor, remplaçant la nouvelle interface Gutenberg par notre bon vieux Tiny MCE afin de vous laisser le temps de faire la transition. Aussi, certaines extensions d’interface et de rédactions de contenu n’ont peut-être pas encore adapté leur code source et n’assurent pas forcément leur compatibilité avec ce nouvel outil, il vous est conseillé dans ce cas d’installer l’extension afin d’assurer le bon fonctionnement de votre site malgré la mise à jour.

Écrit par Ronan Dubois