La semaine dernière, la gang de TREIZE est allée au chalet du boss!

Pourquoi?

Parce que nous avons complété nos objectifs de quart.

Comment ça marche chez nous?

Eh bien, à tous les trois mois, chaque employé se créer un objectif. Deux critères pour cedit défi : il doit être fait en dehors des heures de travail et servir à l’entreprise de quelques manières qui soient. Donc, après avoir instauré un système de sécurité à l’interne, avoir amené une amélioration technique à la programmation et avoir inauguré une politique/ un horaire de ménage, Quentin, Ronan et moi-même avons eu la chance d’aller au domaine Sauriol. Jour ou nuit, un endroit des plus chaleureux :

Les agences sont de plus en plus nombreuses à adopter des activités en dehors du travail pour récompenser leurs employés ou bien pour évaluer leur capacité à travailler en équipe. Eh bien, chez nous «récompense» est synonyme d’escapade au chalet, pas pire quand même! Pas de réseau internet, loin de tout et avec un seul objectif en tête : passer du temps de qualité entre collègues. C’est important de motiver les troupes, et ça, le patron l’a compris parce qu’il nous a traités comme des rois.

Qu’est-ce que nous avons fait?

Mis à part manger et boire en masse, nous avons retrouvé nos cœurs d’enfant et sommes allés jouer dehors au beau soleil. Le spikeball était au rendez-vous, et laissez-moi vous dire que la tension a rapidement montée ; nous étions tellement passionnés, que nous avons fait un tournoi. Après le spikeball, ce fut le temps d’aller dans l’eau! Entre les tours de tripe et le wakeboard, nous avons appris à connaître la patience de chacun tout en riant un bon coup. Nos journées se sont terminées avec des parties de jeux de société (alias Catane) et autour d’un feu apaisant où conversations anodines, débats, histoires de coeur et rires partageaient le temps.

Conclusion

Bref, c’est fou comment en 2 jours, nous avons appris à nous connaître plus personnellement et à savoir ce que nos collègues aiment et n’aiment pas. Outre nous connaître un peu plus, nous avons eu la chance de solidariser notre coalition d’équipe, puis je suis certaine que ce sera payant dans les prochains mois.

Merci pour ce chalet à l’image de «jeunes, un peu bums, avec de grandes ambitions».

Écrit par Sarah Leblond